Écrire Duskar Barik (h), 43 ans ; Mamata Barik (h), 25 ans ; Jyanti Sethy (f), 20 ans ; Ranjan Patnaik (h), 30 ans ...

... défenseurs des droits fonciers des indigènes ASA 20/016/2008 - AU 206/08 Le 11 juillet, les quatre défenseurs des droits fonciers des indigènes nommés ci-dessus ont quitté le district de Keonjhar pour se réfugier ailleurs dans l’État de l’Orissa, après avoir appris que la police de ce district avait l’intention de les interroger au sujet de leurs liens présumés avec des groupes armés maoïstes. Ces personnes craignent de subir des actes de torture et d’autres formes de mauvais traitements si elles sont placées en garde à vue. Ces quatre militants travaillent pour l’Institut de formation et de développement rural intégré de Keonjhar (KIRDTI), qui mène campagne en faveur des droits fonciers des adivasis (indigènes) de Harichandanpur, dans le district de Keonjhar (État de l’Orissa). Des policiers ont arrêté quatre de leurs collègues au début du mois de juillet et ont sauvagement battu l’un d’entre eux lors de sa garde à vue. Le 12 juillet, des journaux locaux ont publié un article indiquant que la police de Keonjhar pensait que les activités du KIRDTI étaient liées à des groupes armés maoïstes, une accusation démentie par le personnel de cet organisme et les organisations de défense des droits humains qui travaillent avec lui. D’après certains défenseurs des droits humains présents sur place, les accusations portées contre le KIRDTI et ses militants sont sans fondement et s’inscrivent dans une politique de harcèlement des adivasis qui défendent leurs droits fonciers par les autorités. Amnesty International (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.