Écrire Ahmed Belbacha (h), ancien résident algérien au Royaume-Uni, 38 ans

AMR 51/134/2007 - Action complémentaire sur l’AU 201/07 (AMR 51/130/2007 du 6 août 2007) Le 10 août, la Cour suprême des États-Unis a refusé d’intervenir dans le cas d’Ahmed Belbacha, un ressortissant algérien détenu par les autorités américaines à Guantánamo Bay qui risque d’être renvoyé très prochainement contre son gré dans son pays d’origine, où il serait alors exposé à un placement en détention secrète et à la torture. La Cour suprême a rejeté sa demande d’injonction contre son rapatriement, sans émettre aucun commentaire. Ahmed Belbacha est maintenu en détention sans inculpation ni jugement à Guantánamo depuis février 2002. Il avait été arrêté au Pakistan en décembre 2001 et vivait auparavant au Royaume-Uni, où il avait demandé asile en raison des persécutions auxquelles il avait été soumis par un groupe armé d’opposition en Algérie. Sa sécurité est désormais d’autant plus menacée que les autorités américaines l’ont classé dans la catégorie des « combattants ennemis » et que la méfiance règne à l’égard des détenus de Guantánamo, que les forces américaines ont collectivement qualifiés de « terroristes » à maintes reprises. En Algérie, toute personne soupçonnée d’être impliquée dans des activités terroristes, ou de détenir des informations relatives à de telles activités sur le territoire algérien ou à l’étranger, est exposée à un risque important d’être placée en détention secrète et torturée par les services de renseignement de l’armée, le Département du renseignement et de la sécurité (DRS). Amnesty International a été informée de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.