Écrire Alberto Fernández Portilla (h), journaliste, Daniel Pérez Espinoza (h), journaliste, Edwin Meneses Santiago (h), journaliste

AMR 41/049/2007 - AU 208/07 Le journaliste Alberto Fernández Portilla a été blessé par balles par un inconnu dans la nuit du 5 août au moment où il arrivait chez lui, à Oaxaca. Ses confrères Daniel Pérez Espinoza et Edwin Meneses Santiago ont récemment reçu des menaces de mort. Amnesty International craint que ces trois personnes ne courent un grand danger. Le 5 août, vers 1 h 30 du matin, alors qu’Alberto Fernández Portilla rentrait chez lui, un homme a couru vers lui armé d’un pistolet en criant : « Pour que tu te rappelles mon chef ! » ; il a tiré trois fois, blessant le journaliste à l’abdomen, à la jambe gauche et au bras droit. La famille d’Alberto Fernández Portilla a réussi à le transporter à l’hôpital, où il se remet actuellement de ses blessures. Daniel Pérez Espinoza et Edwin Meneses Santiago ont apparemment commencé ensuite à recevoir des menaces de mort. Tous deux ont reçu plusieurs appels téléphoniques dont le message ressemblait à « Tu es le prochain, et toi on te ratera pas ». Les trois journalistes pensent qu’il pourrait y avoir un lien avec leurs récents reportages, diffusés dans la presse ou à la radio, sur la vente de drogue au détail, sur des vols supposés de pétrole dans les oléoducs d’une compagnie pétrolière mexicaine et sur les rumeurs de corruption au sein du syndicat représentant les employés de cette compagnie. Alberto Fernández Portilla dirige le journal local Semanario del Istmo et produit l’émission d’informations BBM Noticia sur la station Radiorama-XEKZ. À l’hôpital, Alberto (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.