Écrire Ahmed Abdul Salaam Abdullah Qassim (h)

MDE 31/003/2008 - AU 207/08 Ahmed Abdul Salaam Abdullah Qassim, condamné à mort en décembre 2005 pour meurtre, a été débouté de tous ses appels. Le président Ali Abdullah Saleh doit désormais décider soit de ratifier sa sentence capitale, soit de la commuer en peine d’emprisonnement. Ahmed Abdul Salaam Abdullah Qassim risque donc d’être exécuté très prochainement. Cet homme a été débouté des appels qu’il a interjetés devant la cour d’appel de Taizz (sud-ouest du pays) en décembre 2007, puis devant la Cour suprême en juin 2008. Amnesty International a appris qu’au moins 90 prisonniers risquaient d’être exécutés, dont 44 détenus de la prison de Taizz qui ont épuisé toutes leurs voies de recours. INFORMATIONS GÉNÉRALES Au Yémen, un grand nombre d’infractions sont passibles de la peine capitale, même lorsqu’elles n’ont pas de conséquences fatales, comme par exemple dans les cas d’« atteinte à l’indépendance de la République, à son unité ou à son intégrité territoriale » et de zina (adultère). Les condamnations à mort sont souvent prononcée à l’issue de procès au cours desquels les normes internationales d’équité les plus élémentaires sont bafouées. Amnesty International reconnaît que les États ont le droit et le devoir de traduire en justice les personnes soupçonnées d’infractions pénales reconnues par la loi, mais elle est opposée de manière catégorique et en toutes circonstances à la peine capitale, qui constitue le châtiment le plus cruel, inhumain et dégradant qui soit, ainsi qu’une violation du droit à la vie. ACTION (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir