Écrire Hafez Ibrahim (h), âge incertain

MDE 31/013/2007 - Action complémentaire sur l’AU 79/05 (MDE 31/003/2005, 5 avril 2005) et suivantes (MDE 31/004/2005, 7 avril 2005 ; MDE 31/008/2007, 1er août 2007 ; MDE 31/010/2007, 8 août 2007) Des proches de la victime du meurtre pour lequel Hafez Ibrahim a été condamné à mort ont accepté de reporter l’exécution à après le ramadan, le mois de jeûne des musulmans, qui prendra fin à la mi-octobre. Selon la règle du qisas (« réparation ») inscrite dans le droit musulman, des membres de la famille de la victime d’un meurtre peuvent demander que le coupable soit exécuté. Ils peuvent aussi choisir de lui accorder leur pardon, librement ou contre une diya (« compensation »). La famille de la victime ayant déjà refusé de pardonner Hafez Ibrahim, celui-ci est donc toujours menacé d’exécution. Le président du Yémen Ali Abdullah Saleh aurait nommé une commission chargée de déterminer l’âge qu’avait Hafez Ibrahim au moment du crime dont il a été reconnu coupable. Selon l’article 31 du Code pénal yéménite, si l’âge de l’accusé n’est pas connu avec certitude, il doit être déterminé par le juge responsable du procès avec l’aide d’un expert. ACTION RECOMMANDÉE : dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés ci-après (en arabe, en anglais ou dans votre propre langue) : dites-vous soulagé d’apprendre que Hafez Ibrahim bénéficie d’un sursis et qu’un comité a été nommé afin de déterminer son âge, et exhortez le président à commuer sa peine ; priez le président de commuer toutes les peines (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Un professeur de la VUB condamné à mort

Le Dr Ahmadreza Djalali, un citoyen iranien résidant en Suède et professeur invité à la VUB en Belgique, a été condamné à mort : demandez sa libération, signez la pétition !