Écrire Soghra Najafpour (f), 31 ans

MDE 13/098/2008 - Action complémentaire sur l’AU 271/07 (MDE 13/124/2007, 23 octobre 2007) Soghra Najafpour a été condamnée à mort une deuxième fois pour un meurtre commis lorsqu’elle avait à peine treize ans. Elle est emprisonnée à Rasht, une ville du nord de l’Iran, où elle a passé la majeure partie des dix-neuf dernières années. Soghra Najafpour a été libérée le 1er octobre 2007 après avoir versé une caution de 600 millions de rials (environ 41 000 euros). Elle est retournée en prison au cours du mois d’octobre à la suite d’une convocation émise après que la famille de la victime, ayant appris sa libération, eut de nouveau demandé qu’elle soit exécutée. Le 23 octobre 2007, son avocate a formé un recours auprès des services du responsable du pouvoir judiciaire afin que l’affaire soit réexaminée au motif que la procédure comportait de graves irrégularités, et sa condamnation à titre de qisas (« réparation ») a été annulée par la Cour suprême. L’affaire a été renvoyée en jugement devant une autre chambre du tribunal général de Rasht. Lors de son second procès, Soghra Najafpour a été de nouveau déclarée coupable et condamnée en vertu du principe de qisas. Elle risque donc encore d’être exécutée. Lorsque Soghra Najafpour avait neuf ans, sa famille l’a envoyée travailler comme domestique dans la maison d’un médecin de Rasht. Quatre ans plus tard, le fils de ses employeurs, alors âgé de huit ans, a été porté disparu. Son corps a été retrouvé au bout de quelques jours dans un puits, et la jeune adolescente a été (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.