Écrire Hafez Ibrahim (h), 19 ans

MDE 31/010/2007 - Action complémentaire sur l’AU 79/05 (MDE 31/003/2005, 5 avril 2005) et suivantes (MDE 31/004/2005, 7 avril 2005, MDE 31/008/2007, 1er août 2007) Le mineur délinquant Hafez Ibrahim, qui devait être exécuté le 8 août, s’est vu accorder un sursis de trois jours. Le président du Yémen, Ali Abdullah Saleh, a ordonné le report de l’exécution à la suite des appels internationaux lancés en faveur d’Hafez Ibrahim. Le jeune homme est cependant toujours sous le coup de sa condamnation. Hafez Ibrahim a été condamné à la peine capitale en 2005 pour un meurtre qu’il aurait commis lorsqu’il avait seize ans. Sa peine avait été approuvée par le président et devait, selon certaines sources, être appliquée le 6 avril 2005. L’ancienne ministre des Droits de l’homme du Yémen avait indiqué à Amnesty International qu’à la suite du lancement de cette Action urgente, le 5 avril 2005, elle était intervenue personnellement auprès du président, afin qu’il accorde un sursis au condamné. Elle avait ajouté que l’âge de Hafez Ibrahim était contesté. Elle avait entrepris des démarches en vue d’une commutation de peine, en s’efforçant d’obtenir le pardon de la famille de la victime. Le 7 avril 2005, le président du Yémen a suspendu l’exécution de Hafez Ibrahim, afin qu’un accord puisse être trouvé dans cette affaire. Les proches de la victime auraient refusé d’accorder leur pardon à Hafez Ibrahim et, en juillet 2007, la Cour suprême a confirmé la sentence capitale prononcée contre lui. INFORMATIONS GÉNÉRALES Malgré les progrès (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse