Écrire Shamameh Ghorbani (f), 34 ans

MDE 13/113/2008 - AU 224/08 Shamameh Ghorbani, déclarée coupable d’adultère, a été condamnée à l’issue de son deuxième procès à recevoir 100 coups de fouet. Sa peine pourrait être appliquée d’un moment à l’autre. Shamameh Ghorbani avait été déclarée coupable d’adultère et condamnée à la mort par lapidation lors de son premier procès, en juin 2006 (voir l’AU 257/06, MDE 13/113/2006, 28 septembre 2006, et ses mises à jour). Ses frères et son époux ont tué un homme qu’ils avaient trouvé chez elle et l’auraient frappée à coups de couteau, au point qu’elle a échappé de peu à la mort. Les hommes ont été reconnus coupables de meurtre « mérité » ou « légitime » et condamnés à six ans d’emprisonnement. Dans une lettre au tribunal présentée par son avocat, lors de son premier procès, Shamameh Ghorbani aurait déclaré : « Je suis une femme de la campagne, sans éducation ni connaissance de la Loi, et je pensais qu’en avouant une liaison avec la victime, je parviendrais à innocenter mes frères et mon mari du chef d’homicide volontaire. Après avoir dit des mensonges au tribunal, j’ai compris cela allait se retourner contre moi. » En novembre 2006, la Cour suprême a statué que la décision du tribunal était fondée sur des preuves insuffisantes ou incomplètes, en vertu de quoi elle a annulé la condamnation à la mort par lapidation. L’affaire a été renvoyée devant une juridiction de première instance pour un nouveau procès. Fin juillet ou début août 2008, cette instance a estimé que Shamameh Ghorbani ne devait pas être lapidée à (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse