Écrire Amilcar de Jesús Pop Ac (h), président de l’Association d’avocats mayas

AMR 34/018/2008 - AU 223/08 Amilcar de Jesús Pop Ac a été menacé de mort, une arme braquée sur lui, par des hommes masqués. Il semble que ces menaces soient liées à ses activités en tant que président de l’Association d’avocats mayas. Sa vie est menacée. Dans la soirée du 1er août, alors qu’il traversait la capitale, Guatémala, au volant de sa voiture, Amilcar Pop a été suivi par un pick-up blanc dépourvu de plaques d’immatriculation. Le pick-up a accéléré, barré la route à son véhicule et l’a forcé à freiner brutalement, une manœuvre qui lui a valu de se blesser. Deux hommes masqués armés de pistolets sont descendus du pick-up et ont tenté de forcer les portières de sa voiture, en hurlant : « Tu n’apprends pas ». Ils ont également crié : « On va te tuer, tu es déjà mort. Ce n’est pas un problème pour nous de te loger quelques balles dans le corps et de t’envoyer dans l’autre monde. » Amilcar Pop a réussi à s’enfuir en accélérant et les hommes l’ont poursuivi pendant plus de trente minutes. Pensant avoir semé ses agresseurs, il s’est rendu dans un hôpital local pour faire soigner les blessures causées par son freinage brutal. En entrant, il a regardé à travers la vitre et s’est aperçu que les hommes le suivaient toujours, et qu’ils avaient garé le pick-up derrière sa voiture. À son départ de l’hôpital, le lendemain à l’aube, le pick-up était parti. Des appels de menaces ont été passés au domicile d’Amilcar Pop. En mai 2007, son épouse a répondu à l’un d’eux, pour entendre : « Vous (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse