Écrire Amir Amrollahi (h), 17 ou 18 ans

MDE 13/114/2008 - Action complémentaire sur l’AU 15/08 (MDE 13/009/2008, 18 janvier 2008) Le responsable des autorités judiciaires a donné son accord final, ce mois-ci, au sujet de la peine capitale prononcée contre le mineur délinquant Amir Amrollahi, et les fonctionnaires de justice de Chiraz ont reçu l’ordre de procéder aux préparatifs en vue de son exécution. Le jeune homme a été condamné à mort pour un meurtre commis alors qu’il avait seize ans. L’homicide dont Amir Amrollahi est accusé a eu lieu en novembre 2006, lors d’une bagarre avec un autre garçon qui a reçu un coup de couteau mortel. D’après son avocat, qui a repris cette affaire dans le courant de l’année, Amir Amrollahi a poignardé l’autre garçon à la poitrine parce qu’il pensait que celui-ci allait l’attaquer. Il a ensuite paniqué, puis a pris la fuite. Trente minutes se sont écoulées avant que les secours n’arrivent : après un tel délai, il était trop tard. Amir Amrollahi a raconté les faits à son père le jour même, avant de se livrer à la police. Sa famille n’a pas été en mesure de payer des avocats compétents pour le défendre lors de son procès. D’après un avocat qui a repris le dossier, le tribunal n’a jamais été informé que l’homicide n’était pas intentionnel, ou que l’accusé s’était vu prescrire de fortes doses de sédatifs en prison, lorsqu’il attendait de passer en jugement. De plus, son état de santé mentale au moment du procès n’a pas été examiné comme il se devait. Le 6 août 2007, la 5e chambre du tribunal pénal de la province du (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse