Écrire Abdallán Guzmán Cruz (h), défenseur des droits humains ...

... Morelia, État du Michoacán AMR 41/039/2008 - AU 238/08 Des soldats armés ont tenté d’intimider Abdallán Guzmán, membre de la Fondation Diego Lucero (une organisation de défense des droits humains), et sa famille en pénétrant chez eux sans autorisation le 19 août. Le 19 août, Abdallán Guzmán est rentré chez lui avec son épouse à 21 h 30. Tandis qu’il sortait de sa voiture pour ouvrir son portail, six soldats armés ont encerclé son véhicule et ont ordonné au couple de descendre de voiture et de se tenir contre un mur. Abdallán Guzmán a aperçu une vingtaine d’autres soldats attendant plus loin dans sa rue, à trente mètres. Les soldats ont fouillé Abdallán Guzmán et son épouse, déclarant être à la recherche d’armes ; ils leur ont demandé s’ils en avaient sur eux, et s’ils étaient en possession de stupéfiants. Ne trouvant rien, ils ont autorisé le couple à entrer dans la maison. Une heure plus tard, l’épouse et la fille d’Abdallán Guzmán sont sorties de chez elles pour faire une course dans le quartier, mais elles ont trouvé un groupe de soldats armés devant la porte d’entrée. L’un d’eux tenait un appareil qui avait selon lui détecté la présence d’armes à l’intérieur. Les soldats sont alors entrés par la force et ont fouillé la maison, ratissant les lieux avec l’appareil. Comme ils ne trouvaient rien, ils sont partis à 23 heures. Ils ne disposaient pas de mandat de perquisition. Abdallán Guzmán n’a pas signalé ces faits. Amnesty International craint que ces actes d’intimidation ne soient liés au cambriolage du domicile (...)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Ahmed H. doit être autorisé à rentrer chez lui

Ahmed H., incarcéré à tort pour « complicité d’acte terroriste », n’a plus vu sa femme et ses filles depuis 4ans. Chypre doit l’autoriser à rentrer chez lui, auprès de sa famille. Il risque d’être renvoyé en Syrie.