Écrire Emadeddin Baghi (h), 46 ans, défenseur des droits humains

MDE 13/131/2008 - Action complémentaire sur l’AU 130/08 (MDE 13/069/2008, 16 mai 2008) Le 9 août, le journaliste et défenseur des droits humains Emadeddin Baghi a téléphoné à son épouse, Fatemeh Kamali Ahmad Sarahi, afin de l’informer que son transfert de la prison d’Evin à un hôpital de Téhéran avait été autorisé par le médecin de la prison. Quelques heures plus tard, il l’a de nouveau contactée pour lui dire qu’il avait finalement été transféré à la section 209 de l’établissement pénitentiaire. Celle-ci est placée sous le contrôle du ministère du Renseignement, et les prisonniers y sont détenus à l’isolement. Fatemeh Kamali Ahmad Sarahi a rendu visite à son mari le 18 août. Elle l’a trouvé faible, et il s’est plaint de difficultés respiratoires. Emadeddin Baghi a confié à sa femme qu’il avait récemment refusé d’être interrogé par les gardiens les menottes aux poignets et les yeux bandés. Emadeddin Baghi avait reçu l’autorisation d’être hospitalisé dans un établissement de Téhéran pour un certain nombre d’affections qui se sont manifestées depuis son emprisonnement. Fatemeh Kamali Ahmad Sarahi est aujourd’hui inquiète à l’idée que son époux ne reçoive pas les soins médicaux dont il a besoin. Emadeddin Baghi a été arrêté le 14 octobre 2007, lorsqu’il s’est présenté devant la 14e chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran à la suite d’une convocation. Il a été interrogé au sujet de ses activités en tant que président de l’Association pour la défense des droits des prisonniers, une organisation non gouvernementale (ONG). Il a (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.