Écrire La population du district de Kandhamal, dans l’État d’Orissa

ASA 20/019/2008 - Action complémentaire sur l’AU 236/08 (ASA 20/018/2008, 27 août 2008) Les autorités de l’État d’Orissa ont mis en place 20 camps de secours pour accueillir les chrétiens forcés à fuir de chez eux dans le district de Kandhamal. La minorité chrétienne est la cible d’attaques depuis le meurtre d’une figure de proue du nationalisme hindou, le 24 août. Vingt personnes ont déjà été tuées, et l’un des camps a été attaqué le 2 septembre. Les camps accueillent au total 13 000 personnes dans le district de Kandhamal et à Bhubaneswar, la capitale de l’État d’Orissa. Furieuses qu’une aide d’urgence soit apportée à des chrétiens, un groupe de 200 femmes fidèles au leader nationaliste hindou assassiné sont allées protester au camp de Tikabali le 2 septembre. La police les a chargées à coups de matraques pour les repousser. L’attaque du 2 septembre est survenue après la visite dans l’un des camps du district du ministre indien des Affaires intérieures, Shivraj Patil, qui a annoncé une série de mesures pour réhabiliter les personnes déplacées par les attaques. INFORMATIONS GÉNÉRALES La situation était tendue depuis quelque temps déjà dans le district de Kandhamal, avant même que les violences actuelles n’éclatent. En décembre 2007, au moins 11 personnes ont péri dans des affrontements intercommunautaires. Quatre ont été abattues par la police. Un certain nombre d’institutions chrétiennes ont été attaquées. L’enquête judiciaire sur ces violences, qui avait été annoncée par le gouvernement de l’État, est toujours en (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse