Écrire Jean-Claude Kavumbagu (h), journaliste

AFR 16/006/2008 - AU 255/08 Le journaliste Jean-Claude Kavumbagu a été arrêté le 11 septembre et inculpé de diffamation. Il a écrit dans un article que le coût du déplacement du président Nkurunziza pour assister à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Pékin avait entraîné le retard du versement des salaires de certains fonctionnaires. Il est détenu à la prison centrale de Mpimba, dans la capitale, Bujumbura. Amnesty International le considère comme un prisonnier d’opinion, car il n’a fait qu’exercer pacifiquement son droit à la liberté d’expression. Le Burundi est partie à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples et au Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), deux traités qui garantissent le droit à la liberté d’expression. Jean-Claude Kavumbagu dirige l’agence burundaise de presse en ligne Net Press. Selon l’article incriminé, le président aurait dépensé 100 millions de francs burundais (environ 60 800 euros) lors de son voyage en Chine, le 8 août dernier. L’avocat de Jean-Claude Kavumbagu a déclaré à la presse locale que le gouvernement avait affirmé que ce voyage n’avait coûté que la moitié de cette somme et accusé son client de « propos diffamatoires et [de] remarques insultantes ». L’article 72 du Code de procédure pénale du Burundi prévoit que les prévenus doivent être présentés devant une autorité judiciaire sous quinze jours à compter de la date du mandat d’arrêt les concernant. Si Jean-Claude Kavumbagu était reconnu coupable, il serait passible de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.