Écrire Myint Myint San (f), membre de la National League for Democracy (NLD, Ligue nationale pour la démocratie), Paik Ko (h) ...

..., député NLD de Pakokku, Par Par Lay (h), comédien, Zargana (h), alias Ko Thura, comédien, Tin Aung (h), député NLD, Tin Aung (h), député NLD, Tin Ko (h), membre du mouvement des jeunes de la NLD à Meiktila, U Win Naing (h), personnalité politique ainsi qu’environ 300 autres personnes, parmi lesquelles des moines bouddhistes ASA 16/008/2007 - AU 250/07 Quelque 300 personnes auraient été arrêtées lors de la répression lancée par le State Peace and Development Council (SPDC, Conseil national pour la paix et le développement) contre les manifestations hostiles au gouvernement dans la soirée du 25 septembre à Yangon (ex-Rangoon), l’ancienne capitale, à Mandalay, deuxième ville du pays, ainsi qu’à Meiktila, Pakokku et Mogok. Amnesty International a été informée qu’un certain nombre de personnes s’étaient réfugiées dans la clandestinité. Certaines personnes auraient été arrêtées dans la soirée du 24 septembre, mais la plupart l’ont été au cours des trente-six heures qui ont suivi, tandis que la répression des forces de sécurité s’intensifiait. Parmi elles figuraient une cinquantaine à une centaine de moines à Yangon. Le parlementaire Paik Ko et au moins un autre député du principal parti d’opposition, la National League for Democracy (NLD, Ligue nationale pour la démocratie) dirigée par Daw Aung San Suu Kyi, auraient été appréhendés, ainsi que plusieurs autres membres de la NLD et autres personnalités publiques, dont Zargana, un comédien célèbre et ancien prisonnier d’opinion. Amnesty International craint fortement que (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse