Écrire Trois hommes (dont l’identité n’a pas été rendue publique)

MDE 23/037/2007 - AU 273/07 Amnesty International a été informée qu’un tribunal d’Al Bahah, dans le sud-ouest de l’Arabie saoudite, avait condamné deux hommes à recevoir 7 000 coups de fouet chacun en raison de relations sexuelles qu’ils auraient eues. Un troisième homme aurait été condamné par la même instance à recevoir 450 coups de fouet pour des infractions à la législation sur les stupéfiants. Les peines de flagellation prononcées contre ces trois hommes, dont l’identité n’a pas été rendue publique, auraient déjà été partiellement appliquées. Ils restent exposés au risque de recevoir très prochainement de nouveaux coups de fouet, probablement en plusieurs fois, en vue de l’exécution totale de leur peine. La sanction prononcée contre ces hommes constitue un acte de torture. Amnesty International considère comme un prisonnier d’opinion toute personne emprisonnée au seul motif de son orientation sexuelle. INFORMATIONS GÉNÉRALES En Arabie saoudite, la flagellation est une peine impérativement prévue par la loi pour un certain nombre d’infractions, dont des infractions à caractère sexuel, et peut également être appliquée à la discrétion des juges en remplacement ou en complément d’autres sanctions. Les peines vont de plusieurs dizaines à des milliers de coups de fouet et sont généralement infligées en plusieurs fois, à intervalles de deux semaines à un mois. Dans un commentaire sur les châtiments corporels tels que la flagellation, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture a déclaré : « le châtiment (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir