Écrire Masoumeh Kabi (f), 31 ans et ses enfants ...

... Shima Nabgan (f), 14 ans, Asia Nabgan (f), 13 ans, Asma Nabgan (f), 11 ans, Iyad Nabgan (h), 8 ans, Imad Nabgan (h), 4 ans MDE 13/147/2008 - AU 279/08 Masoumeh Kabi et ses cinq enfants, qui font partie de la minorité arabe d’Iran, ont été renvoyés de force le 27 septembre par les autorités syriennes, en violation du droit international, jusqu’en Iran, où ils semblent être maintenant tous détenus. Ils ont été expulsés par la Syrie malgré une demande d’asile déposée auprès du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Ils avaient prévu de se rendre au Danemark pour y rejoindre Habib Nabgan, père des enfants et époux de Masoumeh Kabi. Cette femme et ses cinq enfants sont des prisonniers d’opinion, que les autorités détiennent uniquement dans le but de forcer Habib Nabgan à revenir en Iran. Amnesty International craint qu’ils ne soient torturés ou soumis à d’autres formes de mauvais traitements. Habib Nabgan est un membre éminent du Comité de réconciliation, un parti politique qui défend les droits de la minorité arabe d’Iran. Il a été réinstallé au Danemark en tant que réfugié il y a deux ans. Masoumeh Kabi a quitté l’Iran avec ses cinq enfants le 7 mai 2008 et a demandé le statut de réfugié auprès du bureau du HCR à Damas, qui traitait son dossier. Les autorités danoises lui ont accordé l’autorisation de rejoindre son mari. Après que les autorités du Danemark ont délivré à Masoumeh Kabi un titre de voyage provisoire, elle s’est rendue le 9 septembre avec ses cinq enfants au bureau des services (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.