Écrire Amrozi bin H. Nurhasyim (h) ; Ali Ghufron (alias Mukhlas) (h) ; Imam Samudera (h)

ASA 21/020/2008 - Action complémentaire sur l’AU 109/06 (ASA 21/002/2006, 28 avril 2006) et ses mises à jour (ASA 21/007/2006, 4 juillet 2006 ; ASA 21/010/2007, 11 septembre 2007 ; ASA 21/012/2007, 25 septembre 2007 ; ASA 21/001/2008, 11 janvier 2008 ; et ASA 21/013/2008, 17 juillet 2008) Amrozi bin H. Nurhasyim, Ali Ghufron et Imam Samudera, qui ont été reconnus coupables d’implication dans les attentats à la bombe ayant eu lieu à Bali le 12 octobre 2002 et ayant fait 202 morts et 209 blessés, risquent d’être passés par les armes au cours de la prochaine semaine. En janvier 2008, des policiers et des responsables des autorités judiciaires ont informé ces trois hommes du rejet de leurs nouvelles demandes de réexamen. Les condamnés ont fait appel de cette décision, mais le 17 juillet, la Cour suprême indonésienne les a déboutés et a indiqué qu’ils avaient désormais épuisé leurs voies de recours dans la mesure où un seul réexamen judiciaire était autorisé. Leurs exécutions, qui devaient avoir lieu en septembre, ont été suspendues pendant la durée du ramadan. Le 14 octobre, Jasman Simanjuntak, porte-parole du bureau du procureur général, a indiqué que leur nouvelle date serait annoncée le 24 octobre. Cependant, étant donné que les condamnés à mort sont généralement exécutés à l’aube d’un vendredi et que la date d’une exécution n’est jamais communiquée à l’avance en Indonésie, Amnesty International craint que cette annonce ne confirme simplement qu’ils ont déjà été exécutés. L’organisation redoute (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse