Écrire Makhmadsalors Delilovitch Massaïev (alias Mukhamadsalakh Massaïev) (h)

EUR 46/028/2008 - Action complémentaire sur l’AU 218/08 (EUR 46/025/2008, 6 août 2008) Amnesty International craint que Makhmadsalors Delilovitch Massaïev n’ait été victime d’une disparition forcée et ne subisse des actes de torture ou d’autres formes de mauvais traitements. Cet homme a été enlevé le 3 août à Grozny, la capitale tchétchène, par des hommes en tenue de camouflage. Il existe des motifs de croire que ses ravisseurs étaient des agents des forces de l’ordre tchétchènes. Amnesty International ignore si une information judiciaire a été ouverte à la suite de sa « disparition ». Une organisation non gouvernementale (ONG) travaillant sur cette affaire a reçu des réponses contradictoires de la part des autorités en Tchétchénie. Le ministère tchétchène de l’Intérieur a démenti les accusations selon lesquelles la police aurait refusé de prendre les dépositions des proches de Makhmadsalors Massaïev relatives à son enlèvement, tandis que le bureau du procureur de district de Grozny a reconnu ces faits. Makhmadsalors Massaïev a déjà été maintenu en détention illégale pendant quatre mois entre 2006 et 2007. On pense qu’il était alors détenu dans une base dirigée par le Premier ministre tchétchène de l’époque, Ramzan Kadyrov, à Tsenteroï (village également nommé Khosi-Yourt). Contrairement à la plupart des victimes de détention illégale en Tchétchénie, Makhmadsalors Massaïev a demandé l’ouverture d’une information judiciaire sur les atteintes aux droits humains qu’il avait subies et il a raconté ses expériences à la (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Pour une Belgique plus humaine envers les demandeurs d’asile

La Belgique doit se montrer plus humaine : demandez des voies sûres et légales pour les personnes contraintes de fuir de chez elles. Signez notre pétition !