Écrire Jamila Nabgan (f), 43 ans

MDE 13/152/2008 - AU 286/08 Jamila Nabgan, membre de la minorité arabe d’Iran, a été arrêtée chez elle le 19 octobre par des agents du ministère du Renseignement. Amnesty International ignore où elle est détenue et craint qu’elle ne subisse des actes de torture ou d’autres formes de mauvais traitements. Le 19 octobre à 6 heures, des agents en civil du ministère du Renseignement ont fouillé le domicile familial de Jamila Nabgan, dans la ville de Suse (province du Khuzestan), pendant environ une heure et demie, avant de l’arrêter. Son arrestation semble liée à l’aide que les autorités iraniennes pensent qu’elle a apportée à sa belle-sœur, Masoumeh Kabi, pour que celle-ci puisse quitter l’Iran en mai 2008. Masoumeh Kabi et ses cinq enfants ont été renvoyés de force en Iran par les autorités syriennes le 27 septembre 2008 (voir l’AU 279/08, MDE 13/147/2008, 10 octobre 2008). Jamila Nabgan, épouse d’Ali Chaab et mère de sept enfants, a déjà été arrêtée en mai 2008 et détenue pendant deux jours au centre de détention du ministère du Renseignement à Ahvaz, où elle a été interrogée au sujet de la fuite de sa belle-sœur en Syrie. Elle est également la sœur de Habib Nabgan, membre éminent du Comité de réconciliation, un parti politique qui défend les droits de la minorité arabe d’Iran. Cet homme a été réinstallé au Danemark en tant que réfugié il y a deux ans. INFORMATIONS GÉNÉRALES La communauté arabe d’Iran vit essentiellement dans la province du Khuzestan, une région frontalière de l’Irak. Ses membres se plaignent de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.