Écrire Dérilus Mérilus (h) ; Saniece Petiphat (f) ainsi que les autres membres du Comité des Droits humains de Savanette

AMR 36/005/2007 - AU 277/07 Dérilus Mérilus et Saniece Petiphat, deux défenseurs des droits humains, ont reçu des menaces de mort depuis qu’ils ont aidé une victime de viol dans sa quête de justice. Amnesty International pense qu’ils sont en grand danger, de même que les autres membres de l’organisation pour laquelle ils œuvrent. Dérilus Mérilus et Saniece Petiphat travaillent pour le Comité des Droits humains de Savanette, près de la frontière avec la République dominicaine. Ils sont venus en aide à une femme handicapée de vingt-six ans, qui avait été violée le 8 septembre. Ils ont été les premiers à l’aider à contacter les autorités judiciaires locales. À la suite de leur action, l’auteur présumé du viol a été arrêté, mais il a été remis en liberté peu après. Les deux défenseurs et d’autres membres du Comité des Droits humains et du Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR), une autre organisation non gouvernementale (ONG) travaillant dans la région, sont intervenus et la police a de nouveau arrêté le violeur présumé le 5 octobre. Les forces de police l’ont transféré à Mirebalais, qui dispose d’un tribunal. Depuis, des membres de sa famille et certains de ses amis ont menacé directement Dérilus Mérilus et Sanièce Petiphat, leur lançant notamment : « une fois libéré il prendra sa revanche ». Selon le Comité des Droits humains de Savanette, la famille du violeur présumé a remis 20 000 gourdes (environ 400 euros) au père de la victime pour qu’il abandonne l’action en justice. Le 16 octobre, le prévenu a été libéré (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.