Écrire Zulfiqar Ali (h), 38 ans

ASA 33/025/2008 - AU 302/08 Zulfiqar Ali devait être exécuté le 22 octobre, mais son exécution a été reportée pour des raisons qu’Amnesty International ignore. Il risque d’être pendu d’un moment à l’autre. Zulfiqar Ali a été arrêté le 14 avril 1998, accusé d’un meurtre. Depuis lors, il est détenu dans la prison d’Adyala, à Rawalpindi (province du Pendjab). D’après l’organisation non gouvernementale pakistanaise Ansar Burney Trust, sa famille n’avait pas les moyens d’engager un avocat pour l’assister. Amnesty International ignore si Zulfiqar Ali a tout de même bénéficié d’une assistance juridique ou s’il a dû assurer seul sa défense. S’il s’avérait qu’il n’a pas eu l’opportunité d’être assisté par un avocat, son procès ne serait pas conforme aux normes internationales d’équité. Dans un premier temps, son exécution avait été fixée au 8 octobre, mais le président Asif Ali Zardari a prononcé un sursis de deux semaines le 7 octobre, bien qu’il ait auparavant rejeté le recours en grâce présenté par Zulfiqar Ali. Il a refusé d’accéder à cette demande après que le Premier ministre Yusuf Raza Gilani a annoncé, le 21 juin, que le gouvernement s’engageait à commuer toutes les condamnations à mort en peines de réclusion à perpétuité. Cependant, cette décision n’a pas encore été suivie d’effet. Zulfiqar Ali est le seul parent qui reste à ses deux filles, âgées de dix et onze ans. Son épouse est morte des suites d’une leucémie en 2006. En prison, Zulfiqar Ali a obtenu une maîtrise de sciences politiques et prépare actuellement un diplôme d’école (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.