Écrire Jamila Nabgan (f), 43 ans, membre de la minorité arabe d’Iran

MDE 13/160/2008 - Action complémentaire sur l’AU 286/08 (MDE 13/152/2008, 20 octobre 2008) Jamila Nabgan, sœur de Habib Nabgan, membre éminent d’un parti politique interdit, a été remise en liberté sous caution le 24 octobre, cinq jours après son arrestation. Elle doit désormais se présenter chaque matin au centre de détention du ministère du Renseignement à Ahvaz (province du Khuzestan), où elle est alors détenue de 8 heures à 22 heures. Jamila Nabgan a été arrêtée le 19 octobre chez elle, dans la ville de Suse (province du Khuzestan), par des agents du ministère du Renseignement. Les autorités pensent qu’elle a aidé sa belle-sœur Masoumeh Kabi, épouse de Habib Nabgan, à quitter l’Iran en mai 2008. Masoumeh Kabi et ses cinq enfants ont été renvoyés de force en Iran par les autorités syriennes le 27 septembre (voir l’AU 279/08, MDE 13/147/2008, 10 octobre 2008). Pendant la détention de Jamila Nabgan, les agents chargés de l’interroger se sont arrangés pour que les deux femmes se rencontrent une fois, afin de les contraindre à « avouer » sous la pression. L’époux de Jamila Nabgan, Ali Chaab, a décidé de se cacher lorsqu’il a appris qu’il risquait d’être arrêté pour les mêmes raisons qu’elle. Jamila Nabgan a déjà été arrêtée en mai 2008 et détenue pendant deux jours au centre de détention du ministère du Renseignement à Ahvaz, où elle a été interrogée au sujet de la fuite de sa belle-sœur en Syrie. Son frère, Habib Nabgan, est un membre éminent du Comité de réconciliation, un parti politique interdit qui défend les (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse