Écrire Shahrbano Nedam (f), 50 ans ...

...Tayebeh Hojjati (f) ; Akram (f),35 ans ; Soheila Ghadiri (f), 28 ans ; Zahra (f), 30 ans MDE 13/162/2008 3 novembre 2008 - Action complémentaire sur l’AU 59/08 (MDE 13/041/2008, 3 mars 2008) La peine de mort prononcée contre Soheila Ghadiri a été annulée en octobre. Cette femme avait été condamnée pour le meurtre de son fils âgé de cinq jours, et elle a été graciée par le père de ce dernier. La 71e chambre du tribunal pénal l’avait condamnée à mort, une peine confirmée par la Cour suprême. D’après le journal Etemad, lors de son procès, elle avait expliqué que son fils était né d’une relation extraconjugale avec un toxicomane chez lequel elle s’était réfugiée un an auparavant. Comme elle refusait de donner le nom du père, le procureur de Téhéran l’avait fait inculper et elle avait été condamnée à titre de qisas (« réparation »). Selon les informations dont dispose Amnesty International, le père de l’enfant, que l’organisation connaît uniquement sous le pseudonyme de « M. Gh », a été retrouvé et a accordé son pardon à Soheila Ghadiri. Les fonctionnaires de justice de l’Unité d’application des peines ont ordonné la suspension de son exécution et renvoyé l’affaire devant le procureur adjoint. Avec l’accord de ce dernier, Soheila Ghadiri sera ensuite rejugée par le tribunal qui l’a condamnée. Étant donné qu’elle a été graciée par le père de son enfant, elle ne risque plus la peine de mort. Lors de son deuxième procès pour meurtre, la peine maximale qu’elle encourra sera de dix ans d’emprisonnement. Amnesty International n’a (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.