Écrire Raúl Hernández (h), Manuel Cruz (h), Orlando Manzanarez (h) ...

... Natalio Ortega (h), Romualdo Santiago (h) membres de l’Organisation du peuple indigène me’phaa (OPIM) ainsi que 10 autres membres de l’OPIM AMR 41/059/2008 - AU 314/08 Le 17 avril, cinq membres de l’Organisation du peuple indigène me’phaa (OPIM) ont été arrêtés et inculpés du meurtre d’Alejandro Feliciano García, commis le 1er janvier 2008 à El Camalote, un village de l’État de Guerrero. Amnesty International a adopté ces militants des droits des indigènes comme prisonniers d’opinion et estime que les poursuites engagées contre eux sont motivées par des considérations politiques. Raúl Hernández est accusé d’avoir tiré sur la victime, tandis que Manuel Cruz, Orlando Manzanarez, Natalio Ortega et Romualdo Santiago sont soupçonnés d’être à l’origine de ce crime parce qu’ils ont, semble-t-il, participé à une réunion de l’OPIM qui a eu lieu le lendemain des faits. Le 20 octobre, un juge fédéral a statué à la suite d’un recours en amparo (principe analogue à celui de l’habeas corpus, qui peut être invoqué en cas de détention arbitraire) que les éléments de preuve présentés ne permettaient pas d’impliquer Manuel Cruz, Orlando Manzanarez, Natalio Ortega et Romualdo Santiago, et a ordonné leur libération. Pourtant, ces quatre hommes n’ont pas été relâchés, le Bureau du procureur général de la République ayant interjeté appel de cette décision – bien qu’il ne semble jouer aucun rôle dans cette affaire et n’ait fourni aucun élément nouveau. C’est ainsi que quatre innocents se trouvent toujours derrière les barreaux. Quant à (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir