Écrire Bekele Jirata (h), secrétaire général du Mouvement démocratique fédéraliste oromo (OFDM) ...

... Asefa Tefera Dibaba (h), enseignant à l’université d’Addis-Abeba ; Bekele Negeri (h), homme d’affaires ; Dejene Borena (h) ; Fiqadu Jalqaba (h), étudiant ; Eshetu Kitil (h), propriétaire de l’hôtel Hawi ; Desta Kitili (h), son frère ; Kebede Borena (h), directeur adjoint de l’hôtel Hilton d’Addis-Abeba ; Leslie Wodajo (f), journaliste ainsi qu’un certain nombre d’autres membres de l’ethnie oromo AFR 25/012/2008 - AU 315/08 Une quinzaine de membres de l’ethnie oromo, dont ceux nommés ci-dessus, ont été arrêtés aux alentours du 30 octobre 2008 à Addis-Abeba, la capitale de l’Éthiopie, ainsi que, semble-t-il, dans l’est et l’ouest de la région d’Oromia. La plupart seraient détenus au secret dans des centres de détention situés à Addis-Abeba, notamment dans les locaux du Département central d’enquêtes (également connu sous le nom de Maikelawi), où des prisonniers politiques auraient été torturés et soumis à d’autres mauvais traitements par le passé. D’après les informations reçues par Amnesty International, certains de ces détenus ont comparu brièvement devant un tribunal de première instance, accusés d’avoir soutenu financièrement le Front de libération oromo (FLO). Plusieurs d’entre eux ont également été exhibés devant les caméras de la télévision publique le 5 novembre. Amnesty International craint que toutes ces personnes ne subissent des actes de torture et d’autres formes de mauvais traitements. Les autorités éthiopiennes, notamment la Force nationale d’intervention antiterroriste, auraient affirmé que les (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir