Écrire 300 familles du village d’Anlong Krom (province de Kampot)

ASA 23/043/2008 - AU 319/08 Les 17 et 18 novembre, une centaine de soldats, policiers, agents de la police militaire et représentants de l’Office des forêts ont expulsé quelque 300 familles d’un village de la commune de Ta Ken, dans le district de Chhuk (province de Kampot). Les membres de cette force mixte, dont le plus grand groupe faisait partie de la brigade 31 des Forces armées royales du Cambodge (FARC), portaient des armes à feu, notamment des fusils d’assaut AK-47 et des armes de poing, lorsqu’ils se sont approchés du village d’Anlong Krom. Ils y ont incendié toutes les maisons, laissant les villageois sans logement. Environ 130 maisons, des chaumières composées de paille et de feuilles pour la plupart, ont été brûlées le 17 novembre, si bien que leurs habitants ont dû passer la nuit dehors. Un défenseur des droits humains à indiqué à Amnesty International que nombre d’entre eux ont dormi sur les cendres de leur maison. Le lendemain, les forces de sécurité ont incendié les 170 maisons restantes. Des membres de la force mixte ont frappé de nombreux villageois à coups de pied et de poing. Trois personnes ont dû être transportées à l’hôpital pour faire soigner leurs blessures. Les habitants d’Anlong Krom n’ont pas été informés à l’avance de la destruction de leurs maisons. Ces expulsions semblent avoir eu lieu sans que le moindre avis d’expulsion n’ait été présenté. Pendant ces deux jours, aucun document mentionnant les motifs juridiques de cette opération n’a été montré aux villageois ni aux (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.