Écrire Abdullah Fandi al-Shammari (h)

MDE 23/048/2008 - AU 324/08 Amnesty International a appris qu’Abdullah Fandi al Shammari doit être exécuté dans les vingt prochains jours. Un appel lancé par sa famille indique que son exécution était prévue autour du 15 novembre, mais qu’à la suite de l’intervention du prince héritier Sultan Bin Abdul Aziz al Saoud, un sursis de trente jours lui a été accordé afin de laisser à ses proches une dernière chance d’obtenir le pardon de ceux de la victime du meurtre pour lequel il a été condamné. Selon les informations reçues par Amnesty International, l’exécution d’Abdullah Fandi al Shammari doit avoir lieu dans la ville de Hail, dans la région administrative du même nom (nord du pays), où il est emprisonné. Il a été condamné à la peine capitale pour un meurtre commis en 1981 ou 1982. Amnesty International estime qu’il n’a pas été jugé équitablement et demande au roi Abdallah de commuer sa peine. C’est à ce dernier, en tant chef du Conseil judiciaire suprême, que revient la décision finale de ratifier les condamnations à mort. En 1988, Abdullah Fandi al Shammari a été jugé devant un tribunal de première instance à Hail et déclaré coupable d’homicide involontaire. Il a reçu l’ordre de verser une indemnité, la diya (prix du sang), aux proches de la victime. Ce jugement a été confirmé en appel en 1989, mais il a été remis en liberté par la suite. En 1990, le Conseil judiciaire suprême a renvoyé l’affaire devant le tribunal de première instance et Abdullah Fandi al Shammari a été de nouveau arrêté, jugé pour les mêmes faits, et (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.