Écrire Geovanni Alcaraz Vielman (h), 25 ans ainsi que les membres de sa famille

AMR 41/060/2007 - AU 279/07 Le 22 octobre, Geovanni Alcaraz Vielman, citoyen mexicain et ancien soldat, a été expulsé des États-Unis vers le Mexique, au motif qu’il était en situation irrégulière en tant qu’immigré. Selon son témoignage, des agents de la police judiciaire de l’armée mexicaine l’ont battu et ont formulé des menaces contre lui et les membres de sa famille Amnesty International craint que Geovanni Alcaraz Vielman et sa famille ne soient en danger de mort. D’après les informations recueillies, Geovanni Alcaraz a déserté l’armée mexicaine et s’est enfui aux États-Unis en 2004 après, semble-t-il, avoir été accusé d’implication dans la mort d’un supérieur. Le 18 octobre 2007, les autorités américaines l’ont arrêté à San Martín, en Californie. Quatre jours plus tard, ilétait expulsé et appréhendé le jour même, à son arrivée dans la ville mexicaine de Tijuana. Selon Geovanni Alcaraz, des agents du Bureau du procureur général de la République l’ont conduit le 23 octobre à Mexico, où il a été placé en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire de l’armée. Ce soir-là, il a été conduit dans une pièce et a été battu par cinq soldats en civil pendant environ trois heures, dans le but, semble-t-il, de lui arracher des « aveux » relatifs au meurtre de l’officier de l’armée mexicaine. Il n’a pas été autorisé à consulter un avocat ni à contacter des membres de sa famille. Lorsqu’il a demandé à voir un avocat, les soldats lui ont dit : « Si tu nous dénonces, nous te tuerons et nous chargerons quelqu’un d’aller violer ta (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse