Écrire 36 personnes déplacées du camp d’Otash, dans le Darfour méridional

AFR 54/058/2007 - AU 281/07 Dans la soirée du 29 octobre, les forces de sécurité ont emmené 36 personnes du camp d’Otash pour personnes déplacées à l’intérieur de leur pays, situé dans le Darfour méridional. Elles risquent d’être torturées ou soumises à d’autres formes de mauvais traitements en détention. Des personnes déplacées sont régulièrement détenues au secret et battues par la police, les services de renseignement soudanais ou les forces de sécurité à Nyala, la capitale du Darfour méridional. Ainsi, le 21 août, la police a arrêté et placé en détention un groupe de personnes déplacées du camp de Kalma : la plupart ont été battues lors de leur interpellation ou pendant leur garde à vue au poste de police de Wasat à Nyala. On pense que les personnes arrêtées au camp d’Otash sont détenues au même endroit. Le 18 octobre, à la suite d’affrontements entre différents groupes ethniques au camp de Kalma, un grand nombre de personnes déplacées se sont enfuies de ce camp, situé près de Nyala. La plupart d’entre elles se sont rendues au camp d’Otash, à 24 kilomètres du camp de Kalma. Pendant l’après-midi du 29 octobre, des policiers et des soldats ont emmené les personnes récemment arrivées au camp d’Otash afin de les réinstaller de force à Amakisara, un village situé à 23 kilomètres de Nyala. Lorsque des membres de la Mission de l’Union africaine au Soudan (MUAS) – personnel militaire, observateurs et policiers – se sont présentés au camp, le colonel des forces armées soudanaises responsable de l’opération leur a ordonné de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse