Écrire Gilan Mohammadi (f), environ 30 ans ; Gholamali Eskandari (h)

MDE 13/005/2009 - AU 10/09 Les deux personnes nommées ci-dessus sont détenues, semble-t-il, depuis 2003 et ont été condamnées à la peine de mort par lapidation, probablement en 2005 ou 2006. Leurs peines auraient été confirmées par la Cour suprême en 2008. Le responsable du pouvoir judiciaire a décrété un moratoire sur les exécutions par lapidation en 2002, mais Amnesty International sait qu’au moins cinq personnes ont été lapidées jusqu’à ce que mort s’ensuive depuis cette date, dont deux le 26 décembre 2008. Gilan Mohammadi et Gholamali Eskandari ont été condamnés à cette peine pour adultère. Ils sont détenus à la prison centrale d’Ispahan, dans le centre de l’Iran. Deux avocats se sont rendus dans cette ville le 14 janvier afin de les rencontrer et de leur fournir une assistance juridique, mais plusieurs représentants des autorités pénitentiaires et judiciaires les en ont empêchés. Les autorités judiciaires d’Ispahan ont finalement déclaré que cela ne serait possible que si les deux condamnés demandaient d’abord à s’entretenir avec des avocats. L’un de ces juristes, Mohammad Mostafaie, a écrit sur son blog qu’il n’avait jamais été confronté à de telles exigences depuis le début de sa carrière et qu’il craignait, au vu de son expérience passée avec les autorités judiciaires d’Ispahan, que celles-ci ne se préparent à exécuter Gilan Mohammadi et Gholamali Eskandari. Dans une interview publiée dans le quotidien Etemad-e Melli du 15 janvier, l’autre avocate, Shadi Sadr, a déclaré que l’action des autorités judiciaires (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.