Écrire Bertha Oliva (f), coordinatrice du Comité des familles de détenus et disparus du Honduras ...

(COFADEH)ainsi que les autres membres du personnel du COFADEH AMR 37/002/2009 - AU 28/09 Bertha Oliva, coordinatrice du Comité des familles de détenus et disparus du Honduras (COFADEH), a été menacée de mort. Les menaces qu’elle a reçues semblent liées au travail du COFADEH, notamment à la campagne que cette organisation mène pour que les proches de victimes honduriennes de disparitions forcées obtiennent réparation, qui a retenu l’attention de l’opinion nationale ces derniers mois. Amnesty International est inquiète pour la sécurité de Bertha Oliva et de ses collègues. Le 27 janvier, Bertha Oliva a reçu deux SMS de menaces. D’abord le suivant : « Tu veux savoir qui je suis ? Il vaudrait mieux pour toi que tu ne le saches pas. Et je ne veux pas que vous continuiez de m’appeler, ou je vais devoir vous clouer le bec d’une autre manière et tu sais déjà de quoi je parle. » puis : « Comment vas-tu ce matin ? J’espère que tu vas bien. Parce que lorsque je le voudrai, il se peut que tu te retrouves la bouche pleine de vers. Et dans un sac poubelle. » Le même jour, des tracts ont été distribués dans le parc central de Tegucigalpa, la capitale. Leur contenu critiquait la campagne menée par le COFADEH en faveur d’une politique nationale de réparation pour les proches de victimes de disparitions forcées et accusait Bertha Oliva et ses collègues d’être corrompus. Le COFADEH, comme d’autres organisations non gouvernementales, s’est particulièrement engagé en faveur d’un grand nombre des quelque (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.