Écrire Bashir Sultan Mohamed al Jafari (h), 23 ans

MDE 31/002/2009 - Action complémentaire sur l’AU 25/09 (MDE 31/001/2009, 30 janvier 2009) Bashir Sultan Mohamed al Jafari, soldat de l’armée du Yémen, a bénéficié d’un report de son exécution, mais risque de voir sa peine de mort appliquée dans les prochains jours. Il a épuisé toutes ses voies de recours depuis sa condamnation à mort pour meurtre. Bashir Sultan Mohamed al Jafari est détenu à la prison militaire de la capitale, Sanaa. En août 2006, un tribunal militaire de première instance l’a condamné à payer la diya (compensation financière également appelée « prix du sang ») pour l’homicide involontaire d’un autre soldat. Cependant, en novembre 2007, une cour d’appel militaire a alourdi sa peine, le condamnant à mort. La division militaire de la Cour suprême a confirmé ce jugement en mars 2008, et le président du Yémen a ratifié la peine capitale prononcée contre lui sept mois plus tard. Son exécution devait avoir lieu le 28 janvier mais a été reportée à deux reprises, de quelques jours à chaque fois. Au moins 13 personnes ont été exécutées au Yémen en 2008, et plusieurs centaines de prisonniers sont actuellement sous le coup d’une condamnation à mort. INFORMATIONS GÉNÉRALES Amnesty International est préoccupée depuis longtemps par le recours à la peine capitale au Yémen, notamment parce que ce châtiment est souvent prononcé au terme de procédures loin d’être conformes aux normes internationales d’équité. L’organisation reconnaît que les États ont le droit et le devoir de traduire en justice les personnes (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir