Écrire Diana Teresa Sierra (f), membre de la Comisión Intereclesial Justicia y Paz

... (Commission interecclésiastique Justice et paix), organisation non gouvernementale de défense des droits humains ainsi que les autres membres de cette organisation AMR 23/041/2007 - AU 290/07 Diana Teresa Sierra, militante des droits humains, a été suivie par un homme qu’elle n’a pas pu identifier. Amnesty International craint que cette femme et les autres membres de l’organisation pour laquelle elle travaille ne courent un grave danger. Diana Teresa Sierra, avocate à Bogotá, participe aux activités de la Comisión Intereclesial Justicia y Paz (Commission interecclésiastique Justice et paix), une organisation non gouvernementale de défense des droits humains. Le 29 octobre, elle a remarqué qu’un homme la suivait à 21 h 15, lorsqu’elle a quitté les locaux de celle-ci, situés dans le nord de Bogotá. Il l’a filée pendant environ une heure sur le trajet la menant jusqu’à son domicile, dans le sud de la ville. En sortant de son bureau, elle a pris un bus et, lorsqu’elle est descendue à son arrêt, elle a entendu un homme derrière elle dire dans un téléphone portable : « Prêt, on y est. » Puis il l’a suivie. En traversant une rue, Diana Teresa Sierra l’aurait entendu de nouveau parler au téléphone : « Oui, je la suis. » Elle a alors estimé qu’elle serait plus en sécurité si elle entrait dans un supermarché. Elle y a attendu que cet homme disparaisse, puis elle est rentrée chez elle. Au sein de la Comisión Intereclesial Justicia y Paz, Diana Teresa travaille actuellement en faveur des communautés d’origine (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir