Écrire Quatre étudiants : Sanaz Allahyari (f), Nasim Roshanai (f), Maryam Sheikh (f), Amir Hossein Mohammadi Far (h)

MDE 13/016/2009 - AU 60/09 Les quatre étudiants nommés ci-dessus, et probablement d’autres, qui sont affiliés au groupe Étudiants pour la liberté et l’égalité, ont été arrêtés le 1er mars et auraient été transférés à la prison d’Evin. Amnesty International craint qu’ils ne soient torturés ou soumis à d’autres formes de mauvais traitements en détention. Leur arrestation semble liée à une manifestation organisée le 23 février à l’Université Amir Kabir afin de protester contre le projet des autorités d’inhumer sur des campus universitaires les dépouilles de soldats tués pendant la guerre Iran-Irak (1980-1988). INFORMATIONS GÉNÉRALES Depuis décembre 2008 ont lieu des vagues d’arrestations arbitraires et de harcèlement visant les étudiants, en particulier ceux qui sont membres de minorités ethniques ou religieuses d’Iran, syndicalistes ou défenseurs des droits des femmes. Il est possible que ces mesures aient en partie pour but d’étouffer le débat et de réduire les détracteurs des autorités au silence en prévision de l’élection présidentielle de juin 2009. Plus de 70 étudiants ont été arrêtés le 23 février au cours d’une manifestation pacifique organisée à l’Université Amir Kabir de Téhéran afin de protester contre l’inhumation de dépouilles de soldats sur les campus par les autorités. De nombreux étudiants détenus temporairement pendant cette manifestation auraient été maltraités. D’autres ont été conduits au poste de police 107, place de la Palestine, où des étudiants auraient également été soumis à des mauvais traitements. (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse