Écrire Gheorghe Ionel

EUR 59/001/2009 - AU 57/09 Le 27 février 2009, on a perdu toute trace de Gheorghe Ionel. Cet homme est le maire de Vorniceni, un village situé à environ 35 kilomètres de la capitale moldave, et appartient à une coalition d’opposition. Il a probablement été enlevé par des agents des forces de l’ordre car, la dernière fois qu’il a été vu, des policiers le forçaient à monter dans une voiture stationnée devant le palais de justice de Stra ?eni, où il venait juste d’être relaxé du chef d’exercice abusif de sa fonction officielle. Amnesty International craint qu’il n’ait fait l’objet d’une disparition forcée et qu’il ne subisse des actes de torture ou d’autres formes de mauvais traitements. Quelques instants après que le juge a prononcé la relaxe, une vingtaine d’agents du service de lutte contre la délinquance économique et la corruption ont fait violemment irruption dans la salle d’audience et ont bousculé l’assistance, composée d’une centaine de personnes, pour se frayer un chemin jusqu’à Gheorghe Ionel. Ce faisant, ils auraient donné des coups de poing et de genou afin de dégager le passage. Selon des témoins, Gheorghe Ionel aurait été contraint par ces mêmes agents à monter dans un véhicule garé devant le palais de justice, faits également rapportés par la télévision moldave. Depuis lors, on ignore où il se trouve. Son avocate n’a reçu aucune réponse du procureur général à ses nombreuses demandes de renseignements et la famille de Gheorghe Ionel ne sait pas où il est. Le 3 mars 2009, au cours d’une conversation (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse