Écrire Environ 150 Roms

EUR 30/002/2009 - AU 73/09 Les autorités milanaises s’apprêtent à expulser de force un groupe d’environ 150 Roms vivant sous un passage supérieur dans le nord de la ville. Selon des journaux locaux, elles ont annoncé qu’elles procèderaient à ces expulsions entre le 13 et le 30 mars. En vertu du droit italien, les autorités compétentes auraient dû notifier à chaque personne ou publier dans les conditions prévues par la loi un ordre ou un avis d’expulsion mais, selon les informations dont dispose Amnesty International, elles ne l’ont pas fait. La décision n’ayant pas été formalisée de cette manière, la communauté rom ne peut pas la contester devant un tribunal afin d’annuler ou de différer l’expulsion. Il n’y a eu aucune concertation avec cette communauté au sujet des expulsions envisagées, ni aucune tentative pour trouver avec elle des solutions de remplacement viables. Il semble que les autorités n’ont préparé aucun plan de relogement adapté et n’en ont pas discuté avec les personnes susceptibles d’être concernées. Dans les cas antérieurs, la municipalité avait généralement proposé une solution d’accueil à court terme (pour quelques semaines, voire quelques mois) et ce, uniquement aux femmes et aux enfants en bas âge, dans les dortoirs de la ville destinés aux personnes sans abri. Néanmoins, il semble que cette possibilité n’a pas toujours été offerte. Actuellement, la communauté vit dans des tentes et des abris de fortune sous le passage supérieur de Bacula, sans eau courante ni système d’évacuation des eaux (...)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Ahmed H. doit être autorisé à rentrer chez lui

Ahmed H., incarcéré à tort pour « complicité d’acte terroriste », n’a plus vu sa femme et ses filles depuis 4ans. Chypre doit l’autoriser à rentrer chez lui, auprès de sa famille. Il risque d’être renvoyé en Syrie.