Écrire Epifanio Pascual Nguema Alogo (h), José Eworo Mba (h)

AFR 24/003/2009 - AU 79/09 Les deux hommes nommés ci-dessus sont maintenus en détention sans inculpation au poste de police central de Bata. Leur état de santé nécessite de toute urgence des soins médicaux, que les policiers leur ont refusés. La torture et les autres formes de mauvais traitements sont des pratiques courantes dans ce poste de police. On sait que l’un de ces hommes a été torturé ; l’autre est diabétique et doit prendre des médicaments quotidiennement. Epifanio Pascual Nguema Alogo, charpentier, a été arrêté sans mandat le 22 février dans un bar situé en face de son atelier. Il a été conduit au poste de police central de Bata. Le 27 février, la police l’a accusé d’avoir procuré des papiers à sa femme pour qu’elle puisse se rendre à l’étranger, et d’avoir déclaré que l’obstacle auquel se heurtait la Guinée équatoriale s’appelait Obiang Nguema (le président actuel) et que, si celui-ci se présentait aux prochaines élections présidentielles, personne ne voterait pour lui. Epifanio Pascual Nguema Alogo a nié ces allégations. Le 2 mars, peu avant minuit, on lui a fait quitter sa cellule et on l’a emmené dans une cave, où il a été torturé pendant quatre heures. Il a été battu. Les policiers ont spécifiquement visé ses reins, son ventre et ses parties génitales. Il a été blessé au niveau de cette dernière zone, qui a saigné pendant plusieurs jours. Du sang est aussi passé dans ses urines et il ne peut plus marcher ni se mettre debout. Il a demandé à être examiné par un médecin mais les (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse