Écrire Environ 32 familles vivant à Borei Keila, un quartier de Phnom Penh

ASA 23/006/2009 - AU 99/09 Environ 32 familles touchées par le VIH/sida risquent d’être expulsées de force de Borei Keila, dans le centre de Phnom Penh. Ces familles ont protesté contre leur réinstallation planifiée à 20 kilomètres de la capitale, sur un site où elles n’auraient aucun moyen de gagner leur vie, ne pourraient plus bénéficier de soins médicaux et seraient privées des services de base. Malgré ces protestations, les autorités locales ont indiqué que leur expulsion aurait lieu en mai 2009. Dans chacune de ces familles, au moins une personne a besoin d’un traitement antirétroviral et de soins pour des maladies liées au sida. Il n’y a pas de services de santé adaptés sur le site de réinstallation ni à proximité, et les coûts de transport induits par la poursuite du traitement antirétroviral et l’accès aux soins médicaux seraient prohibitifs. La situation de ces familles n’a pas été étudiée en vue de l’attribution éventuelle de logements neufs actuellement en construction à Borei Keila. Le site de réinstallation proposé, Tuol Sambo (district de Dangkor), se situe sur une décharge et les logements forment une enclave distincte. Faits de feuilles de métal vertes, ceux-ci ne ressemblent pas aux autres logements existant dans les environs. L’espace de vie n’est pas suffisant pour une famille moyenne et les bâtiments sont trop proches les uns des autres pour assurer la sécurité et permettre la circulation de l’air. Le terrain comme les bâtiments sont instables. Par ailleurs, le site proposé ne dispose pas (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse