Écrire T. Sathiyamoorthy (h), médecin, T. Varatharajah (h), médecin , Shanmugarajah (h), médecin

ASA 37/011/2009 - AU 129/09 Amnesty International est inquiète pour la sécurité de trois médecins employés par le gouvernement qui, jusqu’au 15 mai, travaillaient dans le nord-est du Sri Lanka, au sein de la zone de conflit. Les docteurs T. Sathiyamoorthy, T. Varatharajah et Shanmugarajah soignaient les malades et les blessés jusqu’à ce qu’ils quittent, semble-t-il, la zone dite « protégée » avec environ 5 000 autres civils. Selon les informations reçues par Amnesty International, le docteur Shanmugarajah et son confrère Sathiyamoorthy, directeur régional des services de santé de Kilinochchi, pourraient actuellement être détenus par le Service d’enquête sur le terrorisme (TID) à Colombo, la capitale du pays. Cependant, aucun mandat d’arrêt n’ayant encore été décerné, leurs proches ne sont pas certains de l’endroit où ils se trouvent et les deux hommes ne peuvent pas contacter d’avocat. Le docteur T. Varatharajah, directeur régional des services de santé de Mullaittivu, a été grièvement blessé et il aurait été emmené du point de passage d’Omanthai vers une destination inconnue par l’aviation sri-lankaise. D’après certaines sources, ces trois médecins ont été vus pour la dernière fois le matin du 15 mai dans une zone de rétention au poste de contrôle d’Omanthai. Amnesty International craint qu’ils ne soient détenus en représailles, pour avoir fourni des informations sur les civils présents dans la zone de conflit. Ils ont transmis aux médias et à la communauté internationale des témoignages depuis les hôpitaux et les (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées