Écrire Environ 32 familles vivant à Borei Keila, un quartier de Phnom Penh

ASA 23/011/2009 - Action complémentaire sur l’AU 99/09 (ASA 23/006/2009, 9 avril 2009) Les autorités municipales de Phnom Penh ont indiqué cette semaine que les familles vivant à Borei Keila seraient expulsées de force au cours des prochains jours. Environ 32 familles touchées par le VIH/sida ont protesté contre leur réinstallation planifiée à 20 kilomètres de la capitale, sur un site où elles n’auraient aucun moyen de gagner leur vie, ne pourraient plus bénéficier de soins médicaux et seraient privées des services de base. Dans chacune de ces familles, au moins une personne a besoin d’un traitement antirétroviral et de soins pour des maladies liées au sida. Il n’y a pas de services de santé sur le site de réinstallation proposé, situé à Tuol Sambo (district de Dangkor), ni a proximité. Les coûts de transport induits par la poursuite du traitement antirétroviral et l’accès aux soins médicaux seraient prohibitifs. Par ailleurs, ces personnes seraient réellement privées de leur moyen de subsistance car elles ne pourraient pas payer le trajet jusqu’au marché proche de Borei Keila, où la plupart gagnent leur vie en travaillant comme chiffonniers ou porteurs. La situation de ces familles n’a pas été étudiée en vue de l’attribution éventuelle de logements neufs actuellement en construction à Borei Keila, bien qu’elles vivent depuis suffisamment longtemps dans ce quartier pour y avoir droit. Néanmoins, il y a deux semaines environ, les autorités locales ont indiqué aux représentants des (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Pour une Belgique plus humaine envers les demandeurs d’asile

La Belgique doit se montrer plus humaine : demandez des voies sûres et légales pour les personnes contraintes de fuir de chez elles. Signez notre pétition !