Écrire Des personnes manifestant contre l’annonce de la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad

MDE 13/061/2009 - Action complémentaire sur l’AU 150/09 (MDE 13/056/2009, 15 juin 2009) Les manifestations se sont poursuivies en Iran à la suite de l’élection présidentielle du 12 juin. Selon les médias d’État iraniens, au moins 475 personnes ont été arrêtées le 20 juin au cours des heurts qui ont suivi l’élection, quelque 13 personnes sont mortes et beaucoup d’autres ont été blessées. Il est possible que ce nombre soit bien en deçà de la réalité. Les forces de sécurité ont utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau contre les manifestants, qui ont également été frappés à coups de matraque. Amnesty International pense que les personnes arrêtées risquent d’être torturées ou de subir d’autres formes de mauvais traitements, et que d’autres manifestants risquent d’être victimes d’homicides illégaux ou d’exécutions extrajudiciaires. Les autorités restreignent illégalement la liberté d’expression, d’association et de réunion. Le 20 juin, la mort d’une jeune femme de vingt-six ans, Neda Agha Soltan, a été filmée et largement diffusée sur Internet. Cette étudiante en philosophie se trouvait à bord d’une voiture avec d’autres personnes lorsque le véhicule a été bloqué dans la circulation en raison de manifestations sur l’avenue Kagar, à Téhéran. Selon certaines informations, elle est sortie de la voiture parce qu’il y faisait trop chaud et un inconnu, probablement membre des bassidji (miliciens volontaires), lui a tiré dans la poitrine. Sa famille l’a enterrée le lendemain mais la cérémonie du souvenir aurait été annulée après que (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Un professeur de la VUB condamné à mort

Le Dr Ahmadreza Djalali, un citoyen iranien résidant en Suède et professeur invité à la VUB en Belgique, a été condamné à mort : demandez sa libération, signez la pétition !