Écrire Jakarkhon Sheikho ‘Ali, militant kurde , risque la torture

AU 176/09, MDE 24/017/2009, 1er juillet 2009 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 12 AOÛT 2009 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après cette date. Merci. Le militant politique Jakarkhon Sheikho Ali, membre de la minorité kurde de Syrie, est actuellement détenu au secret à la section de la Sécurité militaire de la ville d’Alep, au nord-est de la capitale (Damas). Amnesty International craint que cet homme ne soit un prisonnier d’opinion, détenu uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression et d’association. Il risque de subir des actes de torture ou d’autres formes de mauvais traitements. Jakarkhon Sheikho Ali, vingt-huit ans, a été arrêté le 20 juin au soir, probablement par la Sécurité militaire syrienne. Pendant sa première semaine de détention, ses proches n’ont pas su ce qu’il était advenu de lui ni où il se trouvait. Par le biais d’une source indirecte, ils ont découvert qu’il était détenu à la section de la Sécurité militaire d’Alep. Selon des organisations syriennes de défense des droits humains et des partis politiques kurdes, Jakarkhon Sheikho Ali a été arrêté par la Sécurité militaire syrienne en raison de ses activités en tant que membre important du parti démocratique kurde Al Wifaq, un parti politique syrien non autorisé. Les deux premières tentatives d’arrestation dont il a fait l’objet avaient échoué. Début 2008, une patrouille de la Sécurité politique, un autre organe chargé de la sécurité, a effectué une descente à son (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse