Écrire Un tribunal ordonne la suspension d’un avis d’expulsion

Informations complémentaires sur l’AU 154/09, AMR 23/020/2009, 20 juillet 2009 Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels. Aucune action complémentaire n’est requise pour le moment. Amnesty International continuera de suivre l’évolution de la situation de ces personnes et interviendra de nouveau si nécessaire. ACTION URGENTE Un tribunal ordonne la suspension d’un avis d’expulsion Colombie : Grâce aux pressions internationales et à une décision rendue par la Cour constitutionnelle de Colombie, les membres de la communauté d’origine africaine de Caracolí, dans le bassin du Curvaradó (département du Chocó), n’ont pas été expulsés comme le prévoyait un avis émis en juin. La police locale de la région du Curvaradó prévoyait de remettre un avis d’expulsion à la communauté de Caracolí le 18 juin. Cependant, la Cour constitutionnelle de Colombie a ordonné la suspension immédiate de cet avis et demandé la protection de cette communauté, qui est composée d’une centaine de personnes. Les pressions exercées à l’échelle internationale, notamment les appels envoyés par des membres et des sympathisants d’Amnesty International, ont joué un rôle déterminant dans cette décision. Cette expulsion avait été ordonnée par un juge de la région, bien que le gouvernement central ait reconnu à maintes reprises que les habitants de Caracolí étaient légalement propriétaires de leurs terres et avaient, par conséquent, le droit d’y demeurer. Caracolí est inscrit sur un titre foncier collectif, détenu par une communauté locale d’origine (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse