Écrire Shadi Sadr, une militante des droits humains risque la torture

AU 193/09, MDE 13/076/2009, 17 juillet 2009 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 28 AOÛT 2009 À :(Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.) Shadi Sadr, militante des droits humains, a été enlevée le 17 juillet à Téhéran par des hommes qui semblent faire partie des forces de sécurité. Elle a très probablement été arrêtée en raison de ses activités de défense des droits humains à la suite de l’élection présidentielle controversée. Elle risque d’être torturée. Il s’agit d’une prisonnière d’opinion. Shadi Sadr, avocate et journaliste, marchait avec un groupe de militantes des droits des femmes sur une route de Téhéran lorsque des hommes en civil l’ont empoignée et ont tenté de la faire entrer de force dans une voiture. Elle a perdu son foulard et son manteau en se débattant mais a réussi à s’échapper brièvement. Néanmoins, les hommes l’ont vite rattrapée et l’ont frappée à coups de matraque, avant de l’emmener à bord de leur voiture. Shadi Sadr et ce groupe de femmes se rendaient à l’université de Téhéran afin d’assister à la première prière du vendredi organisée depuis le scrutin présidentiel controversé, dirigée par l’ancien président Ali Akbar Rafsanjani. Shadi Sadr est l’avocate d’une autre militante des droits humains, Shiva Nazar Ahari, bloggeuse et journaliste membre du Comité des reporters des droits humains, qui a été arrêtée chez elle à Téhéran le 14 juin, peu après l’élection présidentielle, par des agents des forces de sécurité qui ont perquisitionné son domicile et (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Nicaragua : justice pour Amaya et les autres activistes persécutés

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !