Écrire Des iraniens arrêtés en Irak risquent la torture

AU 205/09, MDE 14/023/2009, 28 juillet 2009 APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE Les forces de sécurité irakiennes ont pris d’assaut un camp occupé par une organisation iranienne depuis les années 1980 en ayant recours, semble-t-il, à une force excessive. Selon certaines sources, huit personnes auraient été tuées et environ 400 autres blessées, tandis qu’une cinquantaine ont été arrêtées et sont maintenant détenues dans un lieu indéterminé. Les forces de sécurité irakiennes ont utilisé des bulldozers pour pénétrer dans le camp d’Ashraf le 28 juillet. Dans ce camp, situé à environ 60 kilomètres au nord-est de Bagdad, résident quelque 3 500 membres de l’Organisation iranienne des moudjahidin du peuple (OIMP), un groupe d’opposition iranien basé en Irak depuis le début des années 1980. D’après des personnes présentes sur les lieux, les forces de sécurité ont employé des matraques, des gaz lacrymogènes et des canons à eau contre des résidents non armés qui tentaient de les empêcher d’entrer dans le camp. Au cours des affrontements qui s’en sont suivi, huit résidents auraient été tués par balle et environ 400 autres auraient été blessés, dont 13 seraient dans un état critique. Selon des résidents du camp, au moins 50 personnes ont été arrêtées et on ignore où elles ont été conduites. Amnesty International craint que ces détenus ne soient torturés ou soumis à d’autres mauvais traitements et qu’ils ne soient renvoyés de force en Iran, où certains d’entre eux pourraient être en danger. Parmi eux se trouvent (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse