Écrire Bashir Makhtal, un citoyen canadien pourrait être condamné à mort

AU 207/09, AFR 25/005/2009, 30 juillet 2009 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 3 AOÛT 2009 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Bashir Makhtal, citoyen canadien né en Éthiopie, a été reconnu coupable d’infractions liées au terrorisme le 27 juillet à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne. Amnesty International craint que son procès n’ait été inéquitable. Il doit être condamné le 3 août et encourt la peine capitale. Bashir Makhtal a été reconnu coupable de trois chefs d’inculpation par un tribunal d’Addis-Abeba : incitation à la rébellion par l’aide et le soutien au Front de libération nationale de l’Ogaden (FLNO, un groupe armé d’opposition de la région éthiopienne de Somali), appartenance à la direction du FLNO, et participation à l’entraînement de membres du FLNO. La Haute cour d’Éthiopie doit prononcer son jugement le 3 août. Les charges retenues contre lui sont passibles de la peine de mort et il est à craindre que son procès n’ait pas été conforme aux normes d’équité. Son grand-père était l’un des fondateurs du FLNO, mais Bashir Makhtal nie toute implication dans celui-ci. Il était détenu au secret en Éthiopie depuis deux ans et demi, après avoir été transféré secrètement depuis le Kenya en 2006. Il a été arrêté à la frontière entre le Kenya et la Somalie par les autorités kenyanes, mais on ignore pour quelles raisons. Alors qu’il devait comparaître devant un tribunal kenyan, il a été transféré en Éthiopie. Bashir Makhtal a été déféré devant un tribunal (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Nicaragua : justice pour Amaya et les autres activistes persécutés

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !