Écrire Bashir Makhtal, un citoyen canadien pourrait être condamné à mort

AU 207/09, AFR 25/005/2009, 30 juillet 2009 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 3 AOÛT 2009 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Bashir Makhtal, citoyen canadien né en Éthiopie, a été reconnu coupable d’infractions liées au terrorisme le 27 juillet à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne. Amnesty International craint que son procès n’ait été inéquitable. Il doit être condamné le 3 août et encourt la peine capitale. Bashir Makhtal a été reconnu coupable de trois chefs d’inculpation par un tribunal d’Addis-Abeba : incitation à la rébellion par l’aide et le soutien au Front de libération nationale de l’Ogaden (FLNO, un groupe armé d’opposition de la région éthiopienne de Somali), appartenance à la direction du FLNO, et participation à l’entraînement de membres du FLNO. La Haute cour d’Éthiopie doit prononcer son jugement le 3 août. Les charges retenues contre lui sont passibles de la peine de mort et il est à craindre que son procès n’ait pas été conforme aux normes d’équité. Son grand-père était l’un des fondateurs du FLNO, mais Bashir Makhtal nie toute implication dans celui-ci. Il était détenu au secret en Éthiopie depuis deux ans et demi, après avoir été transféré secrètement depuis le Kenya en 2006. Il a été arrêté à la frontière entre le Kenya et la Somalie par les autorités kenyanes, mais on ignore pour quelles raisons. Alors qu’il devait comparaître devant un tribunal kenyan, il a été transféré en Éthiopie. Bashir Makhtal a été déféré devant un tribunal (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse