Écrire Ronald Tiwarie risque toujours l’exécution

Action complémentaire sur l’AU 198/09, AMR 49/003/2009, 5 août 2009 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 16 SEPTEMBRE 2009 : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ronald Tiwarie est maintenant incarcéré dans le quartier des condamnés à mort depuis plus de cinq ans, durée au-delà de laquelle le Conseil privé a estimé que l’emprisonnement après une condamnation à mort constituait un traitement cruel et inhumain. Personne n’a été exécuté à Trinité-et-Tobago en ayant passé plus de cinq ans en prison après avoir été condamné à mort depuis que le Comité judiciaire du Conseil privé a statué, en 1993, qu’un tel cas de figure constituerait un traitement cruel et inhumain. Le 4 août, Ronald Tiwarie a achevé sa cinquième année d’emprisonnement depuis sa condamnation à mort, mais il n’est pas sûr d’échapper à l’exécution tant que sa peine n’aura pas été commuée, soit par la Haute Cour, soit pas une grâce présidentielle. La Haute Cour doit se réunir le 29 septembre, date à laquelle elle pourrait commuer la peine prononcée contre Ronald Tiwarie en réclusion à perpétuité. Le président de la République a également le pouvoir de le gracier en commuant sa peine. DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS (en anglais ou dans votre propre langue) : ? exprimez votre compassion à l’égard des victimes de crimes violents et de leurs proches ; ? exhortez les autorités à commuer sans délai la peine de mort prononcée contre Ronald Tiwarie (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

USA/Mexique : un accord risque de mettre des milliers de vies en danger

Les États-Unis et le Mexique envisagent de reconnaître ce dernier comme « pays tiers sûr » et empêcher ainsi tous demandeurs d’asile de demander protection aux États-Unis. Signez notre pétition