Écrire La population civile de la bande de Gaza

MDE 21/026/2007 - AU 305/07 Le recours injustifié à la force meurtrière par la police dépendant du gouvernement de facto du Hamas dans la bande de Gaza le 12 novembre s’est soldé par l’homicide illégal d’au moins six manifestants et personnes qui se trouvaient simplement sur les lieux, dont un enfant et un homme âgé. De très nombreuses personnes ont également été blessées, dont plusieurs enfants. Il est à craindre que l’arrestation d’un grand nombre d’opposants politiques par ces mêmes forces ne provoque un nouveau regain de la violence politique et ne mette encore plus en péril la sécurité de la population civile. Le 12 novembre, les forces de police du Hamas ont riposté avec des balles réelles aux jets de pierre de sympathisants du Fatah, le parti dirigé par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, qui avaient organisé une marche à Gaza pour commémorer le troisième anniversaire de la mort de l’ancien président et leader du Fatah, Yasser Arafat. Des policiers en uniforme et des hommes armés en civil ont été vus en train de frapper des manifestants et de tirer en l’air et sur la foule. Certains manifestants ont été vus en train de jeter des pierres en direction des policiers, mais la très grande majorité de ceux qui manifestaient n’ont pas eu recours à la violence. Les allégations de responsables du Hamas selon lesquelles des hommes armés du Fatah auraient tiré sur des policiers n’ont pas pu être confirmées et il apparaît clairement que la police du Hamas a fait un usage excessif et injustifié de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse