Écrire Des milliers de personnes risquent l’expulsion forcée

AU 228/09, AFR 44/32/2009, 28 août 2009 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 9 OCTOBRE 2009 : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le gouvernement d’un État du sud du Nigeria a commencé à procéder à des expulsions forcées afin de faire place nette pour un projet commercial : des milliers de personnes risquent d’être expulsées de force et de se retrouver démunies. Les équipes de démolition, accompagnées de policiers et de militaires, sont arrivées dans le quartier de Njemanze avec des bulldozers afin de commencer les travaux le 28 août. Selon ONU-Habitat, quelque 45 000 personnes vivent dans les deux quartiers ciblés, Njemanze et Abonnema Wharf, à Port Harcourt (capitale de l’État de Rivers). Des milliers de personnes vivant dans l’un ou l’autre de ces quartiers risquent d’être expulsées de force. Certaines y habitent depuis au moins quinze ans. De nombreuses personnes risquant l’expulsion forcée affirment que la concertation engagée par le gouvernement de l’État au sujet des expulsions prévues ne s’est pas déroulée dans de bonnes conditions. Le gouverneur de l’État de Rivers a annoncé qu’il n’indemniserait que les propriétaires, mais pas les locataires ni les propriétaires de bâtiments construits sans autorisation. Les personnes qui vivent dans ces quartiers n’ont pas obtenu de nouveau logement convenable.Le front de mer est l’une des zones les plus densément peuplées de Port Harcourt. Le gouverneur de l’État a déclaré à plusieurs reprises que les (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse